La France, l'aide américaine et la construction européenne 1944-1954. Volume II par Gérard Bossuat

La France, l'aide américaine et la construction européenne 1944-1954. Volume II

Titre de livre: La France, l'aide américaine et la construction européenne 1944-1954. Volume II

Éditeur: Institut de la gestion publique et du développement économique

Auteur: Gérard Bossuat


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Gérard Bossuat avec La France, l'aide américaine et la construction européenne 1944-1954. Volume II

À l’heure de l’après-guerre froide et de la reconversion des ex-pays de l’Est à l’économie de marché, La France, l’aide américaine et la construction européenne constitue un ouvrage de référence pour tous ceux que soucie le devenir de l’Europe. Dans cette somme que forment la thèse qu’il a soutenue en 1988, sous la direction du professeur René Girault, et douze chapitres complémentaires, Gérard Bossuat analyse les mécanismes des aides américaines à la France, leurs conséquences intérieures, leur influence sur la politique européenne de la IVe République... Il montre combien furent malaisées, en dépit de la manne du Plan Marshall, les vastes entreprises de la reconstruction, de la modernisation et de l’intégration européenne. À travers cette histoire de l’aide américaine à la France, bilatérale, puis multilatérale, économique puis militaire, on voit agir, de Jean Monnet à Olivier Wormser, Hervé Alphand, François Bloch-Lainé, Robert Marjolin et les grands ministres, Robert Schuman, Georges Bidault, René Pleven, Léon Blum, René Mayer, ceux qui ont fait la France d’après-guerre. « En vérité, après bien d’autres ouvrages sur la IVe République, dans ce livre le lecteur va découvrir ceux qui ont fait la France actuelle, acteurs illustres et moins connus, leurs idéaux et leurs moyes. Il va comprendre un fait qui, jusqu’à maintenant, avait été moins observés que d’autres, à savoir l’influence des « amis américains » sur la gestion des affaires françaises, dans le domaine de l’économie surtout » souligne René Girault.